accueil dossiers du paranormal videos paranormales images paranormales Forum paranormal S'abonner au flux RSS
Publicité
Rejoignez-nous sur Facebook
Publicité

Le presbytère hanté de Borley

Le révérend Harry Bull Le presbytère de Borley, dans le Suffolk, a été surnommé « la maison la plus hantée d'Angleterre ». Construite en 1862 par le révérend Henry D.E. Bull, cette imposante bâtisse de brique victorienne remplaçait un presbytère géorgien, qui avait été lui-même bâti sur l'emplacement d'édifices plus anciens (il est cependant inexact qu'une abbaye bénédictine ait existé en ce lieu).

Hormis quelques bruits de pas inexpliqués qui se firent entendre un an après sa construction, le presbytère resta calme jusqu'en 1900. Cet été la, les quatre filles du pasteur qu'il occupait crurent voir le fantôme d'une nonne, à une quarantaine de mètres de la maison. Ce n'était qu'un début…


La légende de Borley

La légende raconte qu'un moine de Borley aurait vécu un amour interdit avec une religieuse du couvent de Bures (Comté du Suffolk). Les deux amants auraient cherché à s'enfuir en se cachant dans une calèche. Arrêtés peu de temps après leur départ, ils furent condamnés à mort à l'issu d'un procès vite expedié. Le moine de Borley fut pendu et sa maîtresse fut emmurée vivante dans son couvent.

Des l'emménagement du révérend en 1863, des rumeurs de fantômes hantant le presbytère commencèrent à se répandre dans toute la région. On évoquait des bruits, des hurlements venant d'outre-tombe, des chevaux fantômes au galop tirant une calèche, des déplacements d'objets, des coups frappés dans les murs, des apparitions cauchemardesques comme celles d'un moine sans visage ou d'une nonne tout de noir vêtue… Les faits furent cités en détail dans un article du « Daily Miror » publié en juin 1929. Selon le journal britannique, les membres de la famille du révérend Bull moururent l'un après l'autre.

Le presbytère de Borley

Les Smith emménagent

Un article du Daily Mirror du 10 Juillet 1929 Après la mort de Harry Bull en 1927, le presbytère resta vide un an, jusqu'à ce que le révérend Guy Smith et son épouse s'y installent en 1928.
Une nuit de tempête, Smith fut tiré de son sommeil par un furieux tintement de la cloche d'entrée ; mais lorsqu'il ouvrit la porte, il n'y avait personne.

Plus tard, la cloche se remit à sonner, si longuement que Smith parvint à la porte avant qu'elle ne s'arrête, mais il ne vit cette fois encore personne.
Dès lors, les Smith commencèrent à entendre des bruits de pas traînant, de graviers heurtant les vitres ; les ampoules s'allumaient toutes seules.

Le chasseur de fantômes Harry Price Un jour, Mrs Smith aperçut une voiture à cheval dans l'allée ; une autre fois, le pasteur entendit dans la chapelle une voix qui murmurait « Non, Carlos, non ! »

À la demande du Daily Mirror, contacté par les Smith, le fameux chasseur de fantômes Harry Price vint enquêter sur place. Le couple finit par déménager au bout de neuf mois.


Le presbytère hanté

Marianne foyster En 1930, le révérend L.A. Foyster s'installa au presbytère avec sa très jeune épouse Marianne.
C'est sous son ministère que l'esprit frappeur se déchaîna.
Foyster a noté toutes ces manifestations dans son journal : sonnettes qui tintent, jets de briques, bruits de pas, eau projeté sur le couple dans son lit.

Le révérend fut un jour tiré de son sommeil par un violent coup sur la tête, asséné avec sa propre brosse à cheveux.
Le couple fut témoin de nombreuses apparitions, notamment une nonne et un Pasteur, qui fut identifié comme le révérend Bull.
Des inscriptions apparaissaient sur les murs, demandant une messe, et réclamant « de la lumière ».


Le fantôme de Borley Tous ces événements ont été confirmés par divers témoins indépendants. Invité à Borley par les Foyster, le juge de paix Guy L'Estrange à rédiger un compte rendu détaillé de son séjour.
Alors que les Foyster lui parlaient des feux qui s'allumaient inexplicablement dans des pièces closes, un grand bruit se fit entendre dans le vestibule.
S'y précipitant, ils trouvèrent le sol jonché de débris de vaisselle.

Puis des bouteilles se mirent à voltiger dans la pièce. Elle semblait apparaître soudainement dans les airs, alors qu'elles provenaient d'un cellier fermé à clé.
Toutes les sonnettes se mirent à tinter, alors que tous les cordons avaient été coupés.

L'Estrange s'écria : « si une personne invisible est présente ici, elle est priée d'arrêter de carillonner un moment ! »
Les sonnettes se turent instantanément.

Message Marianne foyster à Borley Le soir, L'Estrange sentit la température de sa chambre s'abaisser jusqu'à devenir glacial ; une forme se matérialisa devant lui, dans un halo lumineux.

Il se dirigea vers elle et senti que quelque chose essayait de le repousser. Il parla à la forme, qui s'évanouit lentement.
En 1935, les Foyster décidèrent que la coupe était pleine ; ils quittèrent le presbytère.

Les ruines du presbytère de Borley après l'incendie

L'origine du phénomène ?

Le presbytère de Borley restera inoccupé pendant plusieurs mois, jusqu'à l'arrivée du pasteur Henning en mars 1936. Comme ses prédécesseurs, il rejoindra un endroit plus paisible, 6 mois après son arrivée.

Dans les semaines qui suivirent, Harry Price décida de poursuivre ses investigations et loua le presbytère afin de mener à bien son enquête.

Entouré d'une cinquantaine de collaborateurs, ses recherches se firent sans relâche pendant quatorze mois.


Lors d'une séance de oui-ja, les enquêteurs eurent la certitude d'avoir découvert l'identité de la religieuse : Marie Lairre, une nonne française qui fut contrainte de quitter le couvent du Havre au XVIIe siècle afin d'épouser Henry Waldegrave, un riche héritier de Borley. Malheureusement, celui-ci l'assassinera et enterrera sa dépouille dans la cave de son manoir (anciennement érigé sur le site du presbytère). Son âme aurait donc été condamnée à errer.
Lors d'une autre séance, un esprit du nom de Sunex Armures se présenta aux médiums et prédit un terrible incendie dans le presbytère. Prédiction qui se vérifia le 27 mars 1939. Les flammes ne laissèrent que des ruines. Elles furent détruites la même année par le nouveau propriétaire des lieux : le Capitaine W.H. Gregson.

Il y a actuellement 1 commentaire(s)

snefrou51 a commenté le 18/02/2016 à 19:08:59 - 1 commentairesprofil ecrire
Rang : Nouveau

très intéressant mais pourquoi aucun pasteur n a t'il béni la maison ? N'y chercher la raison exacte de cette hantise ?
0


Vous devez être connecté pour écrire un commentaire
Connectez-vous ou Inscrivez-vous