accueil news et actus paranormal dossiers du paranormal videos paranormal forum S'abonner au flux RSS

Nous sommes actuellement le 28 Fév 2020, 09:10


Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 22 Oct 2013, 22:08 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:04
Message(s) : 462
Localisation : Froidmont OISE
Amen....

_________________
« C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction. »
de George Gordon, Lord Byron .


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 23 Oct 2013, 07:33 
Modérateur

Inscription : 18 Déc 2012, 16:41
Message(s) : 1450
:lol: :lol: :lol:

Ceci dit, ça fait vraiment penser au visage de Jéjé... Mais Choub ne répond pas...


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 26 Oct 2013, 13:21 

Inscription : 23 Sep 2013, 14:41
Message(s) : 19
Je pense rien de ses photos très précisément, mais ça me fait penser à la technique de TCI (transcommunication instrumentale)

Je vous partage la recherche que j'ai trouvé :
De tous temps les désincarnés ont cherché à se communiquer aux vivants afin de témoigner leur survivance et rassurer leurs proches ; ces manifestations d’abord furtives sont devenues patentes à partir de l’avènement du spiritisme à la fin du 19 siècle et les esprits ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour établir des communications (corbeille ,planchette ,écriture automatique... )et établir un vrai dialogue à l’origine de nombreuses informations sur la vie dans l’au-delà ,il n’est donc pas surprenant de constater qu’ils utilisent le magnétophone, le téléviseur ,le téléphone ou tout autre moyen moderne ;la transcommunication n’est donc pas une révolution mais une adaptation de l’au-delà à nos technologies modernes, cela ne change rien sur le fond car il faut toujours un intermédiaire médiumnique pour établir le dialogue et il semble d’après les expériences menées que ces manifestations certes réelles ,ne permettent pas pour autant un échange fourni avec l’au delà ,les témoignages recueillis évoquent l’apparition de visages , quelques paroles pas toujours facilement identifiables qui n'apportent rien de plus (et plutôt moins) que les communications établies plus" "traditionnellement ".


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 26 Oct 2013, 16:23 
Modérateur

Inscription : 18 Déc 2012, 16:41
Message(s) : 1450
Tout à fait ! La technologie moderne n' apporte rien de probant... Et les bruits enregistrés font plus pensé à des interférences qu' autre chose. :?

Citer :
il semble d’après les expériences menées que ces manifestations certes réelles


Quelles expériences ?! :shock: Pour ma part, je n' ai jamais entendu qu' une expérience avait conclu à la réalité des esprits...

Mais je suis tout ouïe...


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 26 Oct 2013, 21:45 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:04
Message(s) : 462
Localisation : Froidmont OISE
Bonsoir ; on peut assister en direct tous les mardi soir a une expérience TCI sur le

site d ou proviennent les photos postées plus haut

mais a par des images aucune preuve

;) :)

_________________
« C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction. »
de George Gordon, Lord Byron .


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 26 Oct 2013, 23:31 

Inscription : 23 Sep 2013, 14:41
Message(s) : 19
il a fallu a Allan Kardec plus d'un an de travail pour être convaincu lui-même...
si il a été convaincu, ça ne l'a pas été à la légère. Pareil pour d'autres personnes.
Une ou deux séances ne suffisent pas pour se convaincre.

Dans une biographie de Leon Denis, un autre pionnier du domaine, ça explique :

"...qu'après avoir mené quelques expériences avec des amis, il commence à chercher des preuves, des faits précis. Ceux-ci sont loin de le satisfaire, et il aurait renoncé s’il n’avait été soutenu par une théorie solide et des principes élevés. Et il ajoute ces mots qu’apprécieront les vrais spirites :

“ Il semble en effet, que l’invisible veuille nous éprouver, mesurer notre degré de persévérance, exiger une certaine maturité d’esprit avant de nous livrer ses secrets. ” "


Si la manifestation des esprits existe réellement, ces esprits ont leurs libres arbitres, et ne sont pas soumis à notre volonté, ils se manifestent déjà quand ils le peuvent (il faut un médium), et quand ils le peuvent, ils se manifestent si ils ont l'envie.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le Spiritisme
Message Publié : 03 Nov 2013, 01:08 

Inscription : 23 Sep 2013, 14:41
Message(s) : 19
Pour répondre à la bonne idée de rick333 ;)


"LE PHENOMENE SPIRITE" (Date : 1893)

Edit de Mr X: Auteur: Gabriel Delanne


(HISTORIQUE / ANTIQUITE)

Le spiritisme est aussi vieux que le monde. - Preuves tirées des Védas. - L'initiation antique. - Phénomènes d'évocation chez les Égyptiens, les Hébreux. - En Grèce, les pythonisses. - Les tables tournantes chez les Romains. - Les sorciers du moyen âge. - Perpétuité de la tradition à travers les âges.

Les croyances à l'immortalité de l'Ame et aux communications possibles entre les vivants et les morts étaient générales parmi les peuples de l'antiquité.
Mais, à l'inverse de ce qui a lieu aujourd'hui, les pratiques par lesquelles on arrivait à entrer en rapport avec les âmes désincarnées étaient l'apanage exclusif des prêtres, qui avaient soigneusement accaparé ces cérémonies, non seulement pour s'en faire de lucratifs revenus, pour maintenir le peuple dans une ignorance absolue sur le véritable état de l'âme après la mort, mais aussi pour revêtir à ses yeux un caractère sacré, puisque seuls ils pouvaient révéler les secrets de la tombe.
Nous trouvons dans les plus antiques recueils religieux la preuve de ce que nous avançons.
Les annales de toutes les nations constatent que depuis les époques les plus reculées de l'histoire, l'évocation des Esprits était pratiquée par certains hommes qui en avaient fait une spécialité.
Le plus ancien code religieux que l'on connaisse, les Védas, paru plusieurs milliers d'années avant Jésus-Christ, relate l'existence des Esprits. Voici comment le grand législateur Manou s'exprime à ce sujet :
« Les Esprits des ancêtres, à l'état invisible, accompagnent certains Brahmes invités (pour les cérémonies en commémoration des morts) ; sous une forme aérienne, ils les suivent et prennent place à côté d'eux lorsqu'ils s'asseyent . »
Un autre auteur hindou déclare : « Que, longtemps avant qu'elles se dépouillent de leur enveloppe mortelle, les âmes qui n'ont pratiqué que le bien, comme celles qui habitent le corps des Sannayssis et des Vanaprastha - Anachorètes et Cénobites - acquièrent la faculté de converser avec les âmes qui les ont précédées au Swarga ; c'est le signe, pour ces âmes, que la série de leur transmigration sur la terre est terminée . »
De temps immémorial, les prêtres, initiés aux mystères, façonnent des individus nommés. Fakirs à l'évocation des Esprits et à l'obtention des phénomènes les plus remarquables du magnétisme. Louis Jacolliot, dans son ouvrage : le Spiritisme dans le monde, expose tout au long la théorie des Hindous sur les Pitris, c'est-à-dire les Esprits vivants dans l'espace après la mort du corps. Il résulte des recherches de cet auteur que le secret de l'évocation des morts était réservé à ceux qui pouvaient réaliser quarante ans de noviciat et d'obéissance passive.
L'initiation comportait trois degrés :
Dans le premier étaient formés tous les Brahmes du culte vulgaire et les desservants des pagodes chargés d'exploiter la crédulité de la foule. On leur apprenait à commenter les trois premiers livres des Védas, à diriger les cérémonies, à accomplir les sacrifices ; les Brahmes du premier degré étaient en communion constante avec le peuple, ils étaient ses directeurs immédiats, ses gourous.
Le second degré comprenait les exorcistes, les devins, les prophètes, les évocateurs d'esprits, qui, à certains moments difficiles, étaient chargés d'agir sur l'imagination des masses, par des phénomènes surnaturels. Ils lisaient et commentaient l'Atharva-Véda, recueil de conjurations magiques.
Dans le troisième degré, les Brahmes n'avaient plus de relations directes avec la foule ; l'étude de toutes les forces physiques et naturelles de l'Univers était leur seule occupation et, quand ils se manifestaient au dehors, c'était toujours par des phénomènes terrifiants, et de loin.
Depuis des temps immémoriaux, on se livre en Chine à l'évocation des esprits des ancêtres. Le Missionnaire Huc rapporte un grand nombre d'expériences qui ont pour but de faire communiquer les vivants et les morts, et, de nos jours, ces pratiques sont encore en usage dans toutes les classes de la société.
Avec le temps, et par suite des guerres qui forcèrent une partie de la population hindoue à émigrer, le secret des évocations se répandit dans toute l'Asie, et on retrouve chez les Égyptiens et les Hébreux la tradition qui leur vint de l'Inde.
Tous les historiens sont d'accord pour accorder aux prêtres de l'ancienne Égypte des pouvoirs qui semblaient surnaturels et mystérieux. Les magiciens des pharaons accomplissent ces prodiges qui sont racontés dans la Bible ; mais, en laissant de côté ce qu'il peut y avoir de légendaire dans ces récits, il est bien certain qu'ils évoquaient les morts, puisque Moïse, leur disciple, défend formellement aux Hébreux de se livrer à ces pratiques : « Que, parmi vous, personne n'use de sortilèges et d'enchantements ou n'interroge les morts pour apprendre la vérité . »
Malgré cette défense, nous voyons Saül aller consulter la pythonisse d'Endor et, par son intermédiaire, communiquer avec l'ombre de Samuel. C'est ce qu'on appellerait de nos jours une matérialisation. Nous verrons plus loin comment on peut obtenir ces manifestations supérieures.
En dépit de l'interdiction de Moïse, il y eut toujours des chercheurs qui furent tentés par ces évocations mystérieuses ; ils se communiquaient les uns aux autres une doctrine secrète, qu'ils nommaient la Kabbale, mais en s'entourant de précautions et en faisant jurer à l'adepte un secret inviolable pour le vulgaire.
« Quiconque dit le Talmud a été instruit de ce secret (l'évocation des morts) et le garde avec vigilance dans un cœur pur, peut compter sur l'amour de Dieu et la faveur des hommes ; son nom inspire le respect, sa science ne craint pas l'oubli, et il se trouve l'héritier de deux mondes : celui où nous vivons maintenant et le monde à venir. »
En Grèce, la croyance aux évocations était générale. Les temples possédaient tous des femmes nommées pythonisses, chargées de rendre des oracles en évoquant les dieux ; mais parfois le consultant désirait voir et parler lui-même à l'ombre désirée, et, comme en Judée, on parvenait à le mettre en communication avec l'être qu'il voulait interroger.
Homère, dans l'Odyssée, décrit minutieusement par quelles cérémonies Ulysse put converser avec l'ombre du devin Tirésias. Ce cas n'est pas isolé et ces pratiques étaient fréquemment employées par ceux qui désiraient entrer en relation avec les âmes des parents ou amis qu'ils avaient perdus. Apollonius de Thyane, savant philosophe pythagoricien et thaumaturge d'une grande puissance, possédait des connaissances très étendues sur les sciences occultes ; sa vie fourmille de faits extraordinaires ; il croyait fermement aux Esprits et à leurs communications possibles avec les vivants.
Chez les Romains, les pratiques d'évocation étaient excessivement répandues, et, depuis la fondation de l'empire, le peuple ajoutait la plus grande foi aux oracles. Les sibylles romaines évoquant les morts, interrogeant les Esprits, sont sans cesse consultées par les généraux, et nulle entreprise un peu importante n'est décidée sans qu'on ait au préalable pris l'avis de ces prêtresses.
Il arriva, en Italie ce qui avait en lieu dans l'Inde, en Égypte et chez les Hébreux. Le privilège d'évoquer les esprits, primitivement réservé aux membres de la classe sacerdotale, se répandit peu à peu dans le peuple, et, si nous en croyons Tertullien, le Spiritisme s'exerçait chez les anciens par les mêmes moyens qu'aujourd'hui :
« S'il est donné, dit-il, à des magiciens de faire apparaître des fantômes, d'évoquer les âmes des morts, de pouvoir forcer la bouche des enfants à rendre des oracles, si ces charlatans contrefont un grand nombre de miracles, s'ils envoient des songes, s'ils ont à leurs ordres des Esprits messagers et des démons par la vertu desquels les chèvres et les tables qui prophétisent sont un fait vulgaire, avec quel redoublement de zèle ces esprits puissants ne s'efforcent-ils pas de faire pour leur propre compte ce qu'ils font pour le service d'autrui . » A l'appui des affirmations de Tertullien, on peut citer un passage d'Ammien Marcellin, au sujet de Patricius et d'Hilarius traduits devant un tribunal romain pour crime de magie, qui se défendirent en racontant « qu'ils avaient fabriqué, avec des morceaux de laurier, une petite table (mensulam) sur laquelle ils avaient placé un bassin circulaire, fait de plusieurs métaux, et contenant un alphabet gravé sur les bords. Alors, un homme vêtu de lin, après avoir récité une formule et fait une évocation au dieu de la divination tenait suspendu au-dessus du bassin un anneau en fil de lin très fin et consacré par des moyens mystérieux. Que l'anneau sautant successivement, mais sans confusion, sur plusieurs des lettres gravées et s'arrêtant sur chacune formait des vers parfaitement réguliers, qui étaient les réponses aux questions posées.»
Hilarius ajouta :
« Un jour, ils avaient demandé qui succéderait à l'empereur actuel et, l'anneau, ayant sauté, donna les syllabes Théo. Ils n'en demandèrent pas davantage, persuadés que. ce serait Théodore.» Mais les faits, dit Ammien Marcellin, démentirent plus tard les magiciens, mais non la prédiction, car ce fut Théodose.
La défense d'évoquer les morts, que nous voyons édicter par Moïse, fut générale dans l'antiquité.
Le pouvoir théocratique et le pouvoir civil étaient trop intimement liés pour que cette prescription ne fût pas sévèrement observée. Il ne fallait pas que les âmes des morts vinssent contredire l'enseignement officiel des prêtres et porter la perturbation chez les hommes, en leur faisant connaître la vérité. Aussi l'Église catholique, qui plus que toute autre a besoin d'une foi aveugle, sentit la nécessité de combattre ces détestables pratiques, et nous voyons pendant le moyen âge des milliers de victimes brûlées sans pitié sous le nom de sorciers et de magiciens, pour avoir évoqué les Esprits. Quelle sombre époque que celle où les Bodin, les Delancre, les Del-Rio, s'acharnaient sur les chairs pantelantes des victimes pour y chercher la marque du diable ! Combien de misérables hallucinés périrent au milieu de tortures dont le récit fait passer dans l'âme des frissons d'effroi et de dégoût, et cela pour la plus grande gloire d'un Dieu de miséricorde et d'amour !
L'héroïque et chaste figure de Jeanne d'Arc, la grande Lorraine, montre que le commerce avec les Esprits peut donner des résultats aussi grandioses qu'inattendus. L'histoire de cette bergère chassant l'étranger de son pays, guidée par les puissances spirituelles, semblerait une merveilleuse fiction si l'histoire ne lui avait donné son inattaquable consécration.
Malgré toutes les persécutions, la tradition se conserva : on peut la suivre dans l'histoire avec les noms de Paracelse, Cornélius Agrippa, Swedenborg, Jacob Boehm, Martinez Pascalis, le comte de Saint-Germain, Saint-Martin, etc. Parfois, les manifestations des Esprits étaient publiques et atteignaient un développement extraordinaire. Ce n'est pas sans étonnement qu'on lit les récits concernant les possédées de Loudun les faits étranges attribués aux trembleurs des Cévennes et aux crisiaques du cimetière Saint-Médard ; mais cette revue nous entraînerait trop loin. Il nous suffit d'avoir montré que, de tout temps, l'évocation des morts a été pratiquée universellement et que ces phénomènes, qui nous apparaissent comme nouveaux, sont, en réalité, aussi vieux que le monde. Arrivons donc maintenant à l'étude du mouvement spirite contemporain et montrons l'importance considérable qu'il a acquise à notre époque.[...]

-----------------------------------------------------------------------------------------------


Autre texte (qui ne vient pas du livre) que je vous fait partager :

"Histoire du Spiritisme



Les manifestations du monde spirituel remontent à la nuit des temps ; tous les grands noms de la spiritualité, Jérémie, Daniel, Elie, Jean-Baptiste, Moïse, Bouddha, Mahomet, François d'Assise, Thérèse d'Avila, Ramakrishna, Jésus Christ ont permis qu'à travers eux, se diffuse un enseignement spirituel adapté à la mentalité des époques, et au niveau d'évolution des peuples.

Au dix-neuvième siècle alors que la raison triomphe, que la méthode expérimentale permet des avancées scientifiques et techniques majeures, se répand parallèlement tout un ensemble de phénomènes inexpliqués :

Le mesmérisme : un autrichien, Mesmer, constate l'influence bienfaisante, curative, de l'imposition d'aimants sur les malades.

Au début de ce 19ème siècle, se déclarent des médiums flamboyants. Ce sont des personnes qui dans des états de transe deviennent extralucides et parfois même omniscients. Il s'agit par exemple de Swedenborg et d'Andrew Jackson Davis.

C'est en 1848 que le monde retiendra ce qu'on considère comme la première communication du spiritualisme moderne : l'épisode de Hydesville. La famille Fox se trouva un jour violemment dérangée par des coups frappés sur les murs et objets de sa maison. A l'origine de ces raps, on trouve un Esprit qui n'était ni plus ni moins que l'âme d'un homme ayant vécu dans la maison plusieurs années auparavant, assassiné par un voisin et enterré dans la cave.

Cinq ans après cet événement, le premier congrès spirite se tenait à Cleveland. En 1854, fait notable, l'Amérique comptait trois millions d'adeptes.

Après cela, les salons se divertissaient en présence de personnes appelées médiums qui rendaient les phénomènes possibles. (tables tournantes)

Comme toujours dans l'Histoire quand les événements se précipitent, un homme de synthèse surgit afin de rassembler, de codifier les informations pour faire naître une science nouvelle.

Cet homme fut Denizard Léon Hyppolite Rivail appelé ensuite Allan Kardec.

Allan Kardec est aujourd'hui reconnu comme le codificateur du spiritisme."


Haut
Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  

Publicité



cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Theme created StylerBB.net
Traduction et support en françaisHébergement phpBB