accueil news et actus paranormal dossiers du paranormal videos paranormal forum S'abonner au flux RSS

Nous sommes actuellement le 16 Oct 2019, 22:19


Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Légendes urbaines
Message Publié : 01 Fév 2013, 21:34 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:45
Message(s) : 482
Localisation : Là-haut, au plus près des étoiles.
Comme le titre l'indique, j'ouvre ce topic pour partager les légendes urbaines dont nous avons entendu parler.

Szomorú Vasárnap (un sombre dimanche) est un morceau de jazz écrit en 1933 par Rezső Seress alors que sa femme venait de le quitter pour un autre. C'est donc une chanson aussi triste que lui-même l'était et dont personne ne voulait, mais bientôt, Szomorú Vasárnap eu le vent en poupe, puisque une maison de disque accepta enfin de le produire. C'est à partir de ce moment-là que sa chanson commença à faire le tour du monde.

Image

Mais quelques mois après, une tragédie vînt ternir l'histoire, puisque une jeune secrétaire de New York se suicida, non sans avoir laissé une lettre stipulant qu'elle voulait Szomorú Vasárnap pour son enterrement. Puis ce fût au tour d'une autre jeune femme, qui écoutait Szomorú Vasárnap au moment de sa mort par overdose, ou encore un vieil homme qui décida de se jeter du haut de son immeuble après avoir écouté la triste mélodie. Les cas similaires s’enchaînèrent au point que le mythe fît rapidement le tour du monde, chaque personne qui écoutait cette chanson pouvait avoir une poussée suicidaire, jusqu'à ce que son ex épouse décède elle aussi, avec tout près, les paroles de la composition de Rezső Seress.

Image

La chanson fût à tout jamais bannie des ondes en 1930 et Rezső Seress se suicida en 1968.

'Rezső Seress, celui qui composa la célèbre chanson Szomorú Vasárnap et qui fût blâmé pour la vague de suicides durant les années trente, s'est enlevé la vie. Les autorités ont révélé que Rezső Seress a sauté de sa fenêtre dimanche passé, après avoir célébré son soixante neuvième anniversaire. Les années trente ont été marqué par une sévère crise économique et une atmosphère politique qui mena a la deuxième guerre mondiale. La chanson mélancolique écrite par Rezső Seress avec les mots du poète Ladislas Javor, dis : moi et mon cœur avons décidé d'en finir.Il fût donc blâmé pour la hausse de suicides et la chanson fût bannie par les autorité hongroises. Le succès de la chanson Szomorú Vasárnap n'aurait fait qu'alimenter la déprime de l'auteur, car celui-ci prétendait qu'il ne pourrait jamais plus écrire une autre chanson aussi populaire'.

New York Times, 13 janvier 1968.

Voici la chanson.
http://www.youtube.com/watch?v=HAzJ_7CeWbc

Et voici les paroles.

Sombre Dimanche

Sombre dimanche avec cent blanches fleurs
Je t'attendais mon amour avec une prière d'église
Une dimanche matinée,bayer aux chimères
La charrette de ma tristesse est revenu sans toi
à partir de là tous mes dimanches sont tristes
Juste des larmes sont ma boisson,la tristesse est mon pain

Sombre dimanche

Le dernier dimanche, viens mon amour
Il y aura un prêtre,un catafalque,un drap mortuaire
T'attendront les fleurs,les fleurs et un cercueil
Sous les fleuri arbres ,mon voyage,le dernier
Mes yeux seront ouverts pour te voir la dernière fois
N'aie pas peur de mes yeux,je te bénis bien que je suis mort

Le dernier dimanche

(Source pour traduction des paroles : http://lyricstranslate.com/fr/szomoru-vasarnap-sombre-dimanche.html)

_________________
Le hasard, c´est Dieu qui passe incognito..


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 01 Fév 2013, 22:47 

Inscription : 17 Nov 2012, 13:03
Message(s) : 157
Tu l'as écouté ? :?


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 01 Fév 2013, 22:48 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:45
Message(s) : 482
Localisation : Là-haut, au plus près des étoiles.
Mouiii, je suis pas encore suicidée !! Mais si toutefois tu ne me voit plus parcourir le forum, c'est que ---Couic--- :twisted:

_________________
Le hasard, c´est Dieu qui passe incognito..


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 01 Fév 2013, 23:40 
Modérateur

Inscription : 18 Déc 2012, 16:41
Message(s) : 1450
Supers drôles et pleins d' espoir ces couplets, tu m' étonne que les personnes un peu dépressives passent à l' acte. :(


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 02 Fév 2013, 01:08 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:04
Message(s) : 462
Localisation : Froidmont OISE
:? :? :?

_________________
« C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction. »
de George Gordon, Lord Byron .


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 02 Fév 2013, 09:34 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:45
Message(s) : 482
Localisation : Là-haut, au plus près des étoiles.
Personne ne connait de légendes dont on n'a peu entendu parler?

_________________
Le hasard, c´est Dieu qui passe incognito..


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 02 Fév 2013, 10:35 
Modérateur

Inscription : 18 Déc 2012, 16:41
Message(s) : 1450
Si quelqu' unes, j' en mettrais Lundi.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 03 Fév 2013, 21:08 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Jan 2013, 21:45
Message(s) : 482
Localisation : Là-haut, au plus près des étoiles.
Me suis souvenue d'une légende qu'un très bon ami m'a raconté il y a quelques années.

Il était Kabile, et me disait que quand il retournait où ses parents été nés, il adorait revoir le paysage qui se déclinait à l'infini en champs d'oliviers me semble-t-il. C'est alors qu'il m'a dit qu'en général, il devait traverser les champs en vélo, mais qu'il avait tellement peur qu'il le faisait en un temps record. Je lui ai donc demandé pourquoi et il m'a dit que là-bas, quand la nuit tombe à travers les champs, on peut quelques fois aperçevoir des torches, portée par des gens vêtus de blanc, qui marchent deux par deux et qui chantent à l'unisson. Si celui qui les voit, ne met pas ses mains sur les oreilles à temps et les entend chanter, est condamné à les suivre éternellement en chantant.

Voilà une belle légende qui fout bien la trouille.

_________________
Le hasard, c´est Dieu qui passe incognito..


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Légendes urbaines
Message Publié : 06 Fév 2013, 13:01 
Modérateur

Inscription : 18 Déc 2012, 16:41
Message(s) : 1450
J' avais également entendu cette légende. Et au pays des Djinns, y' en a un paquet de très intéressantes. 8-)


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : "Gloomy Sunday", la chanson aux 200 suicides
Message Publié : 03 Mars 2013, 12:11 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Fév 2013, 12:38
Message(s) : 193
Localisation : Valenciennes
Image

La musique peut réagir de manière très variée sur notre humeur.
Nous avons tous nos chansons préférées et il nous appartient d'écouter autant et aussi souvent de musique que nous le voulons.
D'un point de vue scientifique il a été prouvé qu'écouter de la musique peut nous rendre heureux, triste, optimiste ou négatif.
La musique peut réduire le stress, aider à améliorer la mémoire. La musique induit des changements physiologiques variés et possède indubitablement de nombreux bénéfices.
Pourtant il semblerait que nous sommes parfois complètement inconscients de la manière dont certains morceaux de musique peuvent nous affecter.
L'une des plus étranges compositions jamais écrite s'intitule Gloomy Sunday (sombre dimanche). Elle a été écrite en décembre 1932 par un compositeur hongrois du nom de Seress Reszo. Ce dimanche-là était pluvieux et Seress était déprimé parce que sa fiancée venait de rompre leurs fiançailles.

Musique original :


Assis à regarder la pluie ce soir-là, Seress écrivit Gloomy Sunday. Il découvrit bientôt qu'il était difficile de publier la composition parce qu'on la trouvait bien trop mélancolique pour les oreilles du public.
Avec le temps, la chanson gagna une sinistre réputation. On pense que cette chanson causa une suicide mania. La première fois qu'elle fut jouée, ce fut au printemps 1933. On demanda à un jeune homme de Budapest de l'interpréter. Quand l'orchestre eut fini de jouer, il rentra chez lui et se tua après s'être plaint à ses amis qu'il se sentait très déprimé par la mélodie d'une nouvelle chanson qu'il ne pouvait se sortir de la tête.
Une semaine plus tard dans la même ville, une jeune femme assistante des ventes fut retrouvée pendue dans son appartement. La police qui enquêta sur le suicide trouva une copie de la partition de Gloomy Sunday dans la chambre de la jeune femme.
À la fin des années trente, il y avait de si nombreux rapports de suicides plus ou moins associés à la composition que le gouvernement hongrois interdit l'interprétation de la chanson en public. Beaucoup de musiciens accueillirent cette décision avec soulagement, parce qu'ils avaient peur pour leur propre vie.
Les suicides ne se cantonnaient pas à la Hongrie. Il semblerait que la chanson avait aussi un effet très dépressif sur les gens d'autres pays.
À New York, une jeune secrétaire se suicida par le gaz et dans sa lettre de suicide elle demandait que Gloomy Sunday soit joué à ses funérailles.
Des semaines plus tard, un autre new-yorkais âgé de 82 ans sauta par la fenêtre depuis son appartement du 17ème étage après avoir joué la chanson 'mortelle' sur son piano.
Environ à la même époque, un adolescent de Rome qui avait entendu l'air qui porte la poisse se tua en sautant d'un pont. Des journaux du monde entier parlèrent d'autres morts associées à la chanson de Seress et plusieurs stations de radio comme la BBC pensèrent sérieusement à arrêter de la jouer. Des stations locales aux US refusèrent de la diffuser.

Gloomy Sunday n'apporta à son compositeur aucune célébrité désirable. Au contraire, la composition avait depuis le tout début de sa création quelque chose du cauchemar. Son auteur, Reszo Seress se suicida en 1968, en sautant par une fenêtre.
Le New York Times écrivit le 13 janvier 1968 :

''On vient d'apprendre que Reszo Seress, dont la chanson funèbre, Gloomy Sunday, a été accusée d'entraîner une vague de suicides durant les années trente, a terminé sa vie en se suicidant.
Les autorités ont révélé aujourd'hui que M. Seress avait sauté de la fenêtre de son petit appartement dimanche dernier, peu avant son 69ème anniversaire.
La décennie des années trente a été marquée par une sévère dépression économique et des bouleversements politiques qui ont conduit à la seconde guerre mondiale.
La mélancolique chanson écrite par M. Seress, avec des paroles écrites par son ami, Ladisla Javor, un poète, déclare au moment culminant, ''Mon cœur et moi avons décidé d'en finir''. Elle a été accusée d'une forte augmentation de suicides, et les officiels de Hongrie l'ont finalement interdite.
En Amérique, où Paul Robeson introduisit la version anglaise, certaines stations de radio et des nightclubs interdirent son interprétation. M. Seress se plaignait que le succès de Gloomy Sunday avait en réalité augmenté son malheur, parce qu'il savait qu'il ne pourrait jamais écrire un autre succès.''

La femme qui avait rompu ses fiançailles avec Reszo Seress il y a des années se suicida aussi. Près de son corps on trouva une carte sur laquelle était écrite Gloomy Sunday.
On estime qu'environ 200 personnes se suicidèrent après avoir écouté cette composition. Quand la seconde guerre mondiale éclata, les gens oublièrent cette terrible chanson et aujourd'hui qui veut l'écouter le peut.
Gloomy Sunday est néanmoins une vraie preuve que la musique peut avoir un extraordinaire impact sur le comportement des gens.




Source : http://bistrobarblog.blogspot.fr/2012/0 ... x-200.html


Haut
Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  

Publicité



cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Theme created StylerBB.net
Traduction et support en françaisHébergement phpBB